3:27 - vendredi décembre 14, 2018

Algérie/ islamisme: La Coordination pour les libertés ont « des convergences de vue » avec deux anciens responsables de l’ex-FIS.

La Rédaction

ALGER — La Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique (CNLT), Dont fait parti le rassemblement pour la culture et la démocratie, le RCD, ont rencontré, jeudi 8 mai, deux membres de l’ex Front islamique du salut, le FIS. La dite coordination a rencontré les deux membres du parti islamiste, qui a coûté la « bagatelle » de 250 00 victimes du terrorisme islamiste pratiqué par ce parti, dans le cadre de la préparation de la conférence nationale pour la transition.

Dans un communiqué publié vendredi 9 mai, la coordination évoque une « convergence des points de vue » autour du « diagnostic » de la situation qui prévaut en Algérie et des dangers qui la guettent à cause de la domination de la corruption et de la médiocrité et de l’interdiction des libertés par le pouvoir; un diagnostic dans lequel, ils ont visiblement oublié de mentionner « l’amnésie ».

 Ainsi selon le journal algérien en ligne TSA, la Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique (CNLT), dont fait parti le RCD, ont rencontré, jeudi 8 mai, deux membres de l’ex-FIS dans le cadre de la préparation de la conférence nationale pour la transition. 

Dans un communiqué publié ce vendredi 9 mai, la coordination évoque une « convergence des points de vue » autour du « diagnostic de la situation qui prévaut en Algérie et des dangers qui la guettent à cause de la domination de la corruption et de la médiocrité et de l’interdiction des libertés par le pouvoir ».

C’est un véritable cauchemar pour qui se souvient du prix payé par de nombreux militants du RCD des années 1990 qui y ont laissé leur vie, au sens propre comme au sens figuré. A la « convergence de vue » évoqué sur le « diagnostic », ils ont visiblement oublié de mentionner un élément fondamental: l’amnésie.

Agence Siwel

Don't miss the stories followIzwawen.com and let's be smart!
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.
Filed in

Vgayet, 19 mai 1981 : « Un peuple qui oublie son Histoire se condamne à la revivre ».

Belaïd Ath Ali, l’écrivain errant de la langue kabyle.

Related posts