3:16 - lundi janvier 21, 7467

Attaque au Parlement d’Ottawa.

La Rédaction
© Chris Wattie. Reuters

OTTAWA – L’homme armé qui a abattu le caporal Nathan Cirillo avant d’être tué à son tour au parlement d’Ottawa lors d’une fusillade mercredi matin est un Canadien du nom de Michael Zehaf-Bibeau, né en 1982.

La victime Nathan Cirillo © Facebook

La victime Nathan Cirillo © Facebook

Radio-Canada a appris que l’homme de 32 ans est né au Canada d’un père libyen, l’homme d’affaires Bulgasem Zehaf, et d’une mère québécoise, Susan Bibeau, depuis divorcés. Cette dernière est fonctionnaire fédérale et travaille à la Commission de l’immigration et du statut de réfugié.

Le suspect a un casier judiciaire au Québec pour une histoire de drogue remontant à une dizaine d’années. Il vivait alors à Montréal. Michael Zehaf-Bibeau a aussi été accusé de vol à Vancouver, fin 2011, et accusé d’avoir proféré des menaces fin 2012.

Ce qu’on sait :

• Le suspect, abattu au parlement, s’appelle Michael Zehaf-Bibeau; sa victime, le caporal Nathan Cirillo

• Il y a trois blessés légers

• La colline du Parlement ainsi qu’un vaste périmètre du centre-ville sont bouclés par les forces de sécurité

• Le premier ministre Stephen Harper et les chefs des principaux partis évacués et en sécurité

• Les militaires ont reçu la consigne de ne plus porter leur uniforme à l’extérieur de leur base

 Récit des événements 

Les autorités ont établi un vaste périmètre de sécurité au centre-ville d’Ottawa, mais refusent de préciser si elles ont d’autres suspects dans leur mire. Les opérations policières et l’enquête sont toujours en cours.

Tout a commencé en matinée peu après 9 h 30, lorsqu’un homme armé a tiré plusieurs coups de feu sur un des soldats qui montent la garde au monument commémoratif de guerre. Le soldat, Nathan Cirillo, est mort plus tard des suites de ses blessures.

À 9 h 52, les appels au service d’urgence 9-1-1 ont commencé à arriver, indiquent la GRC et la police d’Ottawa.

Le suspect, qui était armé d’un fusil de chasse à double canon selon des témoins, se serait ensuite dirigé vers la colline parlementaire, située à proximité. Il était habillé en noir et avait un foulard autour de son visage, d’après des témoins.

Il aurait pris une voiture pour monter la colline. Rendu devant la Tour de la Paix du parlement, il serait sorti du véhicule avec des policiers à ses trousses. Toujours selon des témoins, il aurait sorti son arme, l’aurait chargée et se serait précipité à l’intérieur du parlement, par l’entrée principale. Il a alors ouvert le feu.

Plusieurs témoins ont rapporté des dizaines de coups de feu à l’intérieur du bâtiment. Le tireur a été abattu par le sergent d’armes Kevin Vickers.

La GRC et la police d’Ottawa n’ont pas confirmé qu’il s’agissait du même tireur que celui ayant abattu le caporal Cirillo devant le monument commémoratif de guerre.

Ils n’ont pas non plus révélé s’ils étaient toujours à la recherche d’un autre tireur. Plus tôt en journée, des informations circulaient selon lesquelles il y avait deux ou trois tireurs. Les policiers ont répété que la population devait se tenir loin du centre-ville de la capitale.

La GRC affirme que le travail se poursuit pour sécuriser la colline Parlementaire et indique qu’« il n’y a pas eu d’évènements » au Centre Rideau, comme rapporté plus tôt.

Cliquez içi pour voir la galerie d’images
Stephen Harper évacué d’urgenceLe premier ministre Stephen Harper, qui devait assister un une réunion de son caucus, a été évacué et placé dans un endroit où il serait en sécurité.

Militaire tué au cénotaphe

Le soldat tué au cénotaphe était un réserviste de Hamilton. Nathan Cirillo, 24 ans, servait au sein du Argyll and Sutherland Highlanders of Canada.

Des témoins rapportent qu’au moins quatre coups de feu ont été tirés par son agresseur au cénotaphe.

Un large périmètre fermé au centre-ville d’Ottawa

Michael zehalf bibeau

Michael zehalf bibeau

La colline du Parlement et un large secteur du centre-ville ont été investis par les forces de sécurité de la GRC, de la police d’Ottawa et l’armée. Impossible d’entrer ou de sortir du périmètre jusqu’à nouvel ordre. Ce périmètre a été revu en après-midi et s’étend des rues Lyon à Elgin (est-ouest) et des rues Albert à Wellington (nord-sud). L’avenue Mackenzie est fermée à l’est du canal Rideau.

En fin d’après-midi, des employés et des fonctionnaires ont toutefois pu quitter leur bureau. Des rues qui avaient été fermées à la circulation toute la journée étaient rouvertes à la circulation non loin du parlement. Des lignes d’autobus ont aussi été rétablies.

La police d’Ottawa demande toutefois aux citoyens d’éviter le centre-ville de la capitale.

De nombreuses ambassades sont fermées ou confinées pour des raisons de sécurité. C’est le cas notamment du Haut-commissariat britannique et des ambassades américaine, israélienne, suédoise, polonaise, argentine et hondurienne.

Par ailleurs, les stations de police d’Ottawa, dont le quartier général de la police situé sur la rue Elgin, sont bouclées. L’hôtel de ville d’Ottawa et l’ambassade des États-Unis sont aussi bouclés.

Le Centre Rideau a quant à lui été rouvert en après-midi. À l’Université d’Ottawa, les mesures de confinement ont été levées peu après 15 h.

Les élèves ont quant à eux été confinés dans les écoles situées au centre-ville. Des mesures particulières ont été prévues pour le retour à la maison.

Toutes les bases des Forces canadiennes sont également bouclées. Les vols à l’aéroport d’Ottawa sont maintenus, mais « une vigilance accrue est en vigueur », précise la direction.

Le NORAD a augmenté le nombre d’avions prêts à réagir en cas de besoin.

La police demande l’aide du public

La police d’Ottawa demande la collaboration des citoyens qui pourraient avoir plus d’informations sur les événements. Aucune arrestation n’a été effectuée à l’heure actuelle. Les policiers ne précisent pas si un autre tireur est impliqué dans la fusillade.

La police ne précise pas non plus la nationalité du tireur et n’a pas donné de détails sur l’arme utilisée.

L’hôpital d’Ottawa dit avoir admis quatre blessés en lien avec les événements. L’un d’eux est le soldat blessé au monument commémoratif, qui est plus tard mort de ses blessures. Les autres blessés ont subi des blessures mineures et sont dans un état stable. L’un d’eux est un gardien de sécurité du parlement qui avait été atteint au pied. Il a reçu son congé de l’hôpital.

Radio-Canada

 

Don't miss the stories followIzwawen.com and let's be smart!
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.

L’heure est à l’union des forces vives de Kabylie.

Le règne de Bocchus ou Cirta  » capitale de la culture arabe « …

Related posts