10:17 - dimanche juillet 23, 2017

Avec un soutien bipartite, le futur ministre de la défense de Trump décrit les plans de guerre mondiale

La Rédaction

ÉTATS-UNIS — Le général James « Mad Dog » Mattis, le candidat désigné par le président élu Donald Trump comme secrétaire à la Défense, a utilisé son audition de confirmation devant le Comité des services interarmées du Sénat jeudi pour décrire une politique de guerre agressive, désigner la Russie et la Chine comme des ennemis et appeler à une expansion dramatique des dépenses militaires, y compris la « modernisation » des armes nucléaires et l’expansion de la cyberguerre.

Tous les participants présents, les démocrates de même que les républicains, ont fait l’éloge de Mattis pendant l’audition de trois heures et demie. Pas un seul sénateur n’a demandé au candidat comment il pourrait réduire les guerres américaines, qui font actuellement rage dans plusieurs pays. Au lieu de cela, les sénateurs ont rivalisé pour solliciter de Mattis qu’il identifie les menaces pesant sur la « sécurité nationale » que le gouvernement Trump aura immédiatement à traiter.

Aucun sénateur, y compris la démocrate soi-disant « de gauche » Elizabeth Warren, du Massachusetts, n’a interrogé le général retraité des Marines sur son rôle dans l’occupation de l’Irak, où il fut impliqué dans des crimes de guerre. Mattis mena la brutale contre-offensive des Marines qui reprit la ville irakienne de Falloujah en décembre 2004, et il ordonna une frappe aérienne cette année-là contre une fête de mariage dans laquelle plus de 40 civils ont été tués. Il n’a pas non plus été mis en cause au sujet d’un discours public qu’il a prononcé dans lequel il a déclaré qu’il était « amusant » de tuer des gens.

Jusqu’à jeudi, Mattis ne pouvait pas légalement être nommé secrétaire à la défense. La loi fédérale empêche la sélection de tout individu qui n’a pas quitté l’armée depuis au moins sept ans, une règle destinée à protéger le principe démocratique de soumission du militaire au gouvernement civil élu. Immédiatement après l’audition, la Commission des services armées a voté par 24 voix contre 3 une dispense à la loi pour Mattis, qui avait pris sa retraite il y a seulement trois ans, pour intégrer le conseil d’administration du géant de l’industrie de la défense, General Dynamics. Le Sénat américain a rapidement emboîté le pas en votant par 81 voix contre 17 en faveur de la dispense.

Lors d’un échange particulièrement inquiétant pendant l’audition, Mattis a été interrogé par le président de la Commission, le républicain John McCain, qui demandait à savoir si « l’ordre mondial » subissait sa plus grande tension depuis 70 ans. Mattis a répondu : « Je pense qu’il subit les plus grandes attaques depuis la Seconde Guerre mondiale. Et ça vient de la Russie, des groupes terroristes et de ce que fait la Chine en mer de Chine méridionale. » Plus tard dans l’audition, Mattis a dit : « L’Amérique a des responsabilités mondiales et il n’est pas à notre avantage que ces zones du monde soient écartées de nos efforts. »

Il n’y aura pas de fin à ces guerres partout dans le monde, c’est ce qui ressort clairement des questions des sénateurs et des réponses de Mattis. Les États-Unis « seront engagés dans un conflit global pour tout l’avenir prévisible », a déclaré McCain. « Croire le contraire est un vœu pieux […] Le pouvoir dur est important, [il faut] l’avoir, menacer de l’utiliser, l’employer comme arme diplomatique et parfois l’utiliser. »

Bien qu’il se soit efforcé de souligner l’importance des alliances américaines, en particulier de l’OTAN, Mattis, comme McCain, a adopté l’unilatéralisme militaire. Le candidat a déclaré que les États-Unis ont seulement « deux pouvoirs fondamentaux », l’un d’entre eux il a appelé « le pouvoir d’intimidation ». Pour que cette « intimidation » des autres nations fonctionne, il est nécessaire que l’armée américaine soit « le numéro un dans son jeu dans une compétition où la deuxième place est la dernière place. »

CLIQUEZ ICI POUR LIRE LA SUITE

(Article paru en anglais le 13 janvier 2017)

https://www.wsws.org/fr/articles/2017/jan2017/trum-j14.shtml

Don't miss the stories followIzwawen.com and let's be smart!
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.

LA VICTOIRE DE LA LIBERTÉ (communiqué du Président de l’Anavad après les marches du MAK-Anavad)

Pourquoi le corps diplomatique algérien a boycotté le gala d’Aït Menguellet au Zénith de Paris?

Related posts