5:47 - mardi novembre 12, 2019

Belgique: Monsieur Météo, vents islamophobes et plat pays.

La Rédaction

Le ciel lui est en quelque sorte tombé sur la tête. Et c’est toute la Belgique qui se retrouve en avis de tempête. Le licenciement du présentateur météo de la plus grande chaîne commerciale belge, Luc Trullemans, qui a publié, vendredi 26 avril sur sa page Facebook, des propos antimusulmans, a eu pour effet de creuser le fossé dans un « plat pays » où le débat sur l’immigration est l’un des enjeux forts des prochaines élections législatives fédérales de 2014.

luc trullemans facebookLa France a eu son « pain au chocolat ». La Belgique a son « Luc Trullemans ». Ce monsieur météo de la principale chaîne privée du pays, RTL-TVI, a été remercié après avoir publié, vendredi 26 avril, une lettre sur sa page Facebook dans laquelle il mêle l’indignation et une rancœur bien visible envers une communauté musulmane qu’il accuse de ne pas s’intégrer à la société belge. La raison de ce dérapage aux relents islamophobes et racistes ? Une agression dont il aurait été victime et qu’il attribue à des « musulmans » car « ils portaient des pyjamas comme on dit », explique-t-il à SudPresse.

« Retournez dans vos pays si nos traditions et nos coutumes vous déplaisent tant que ça ! Vous nous faites ch… à vouloir tout changer alors que vous n’étiez pas capable de le faire chez vous ! », écrit ainsi la star de la télé. Et de conclure, sibyllin : « Intégrez-vous ou dégagez ! ».

« La décision vient d’en haut »

La diatribe aurait pu passer inaperçue, noyée dans les publications de fin de semaine sur le réseau social américain. Las pour Monsieur Météo, quelques internautes vigilants se sont indignés et quelques prudents ont même pris la précaution de faire une capture d’écran de la lettre publiée. Résultat, même si Luc Trullemans a retiré son texte quelques minutes après sa publication pour le remplacer par des excuses, évoquant des propos tenus sous « l’emprise de la colère », le dérapage a envahi la Toile.

Il est rapidement suspendu par son employeur et apprend, lundi 29 avril vers 18 heures, son licenciement de la bouche de Stéphane Rosenblatt, directeur de l’information de la chaîne. « Il m’a expliqué que mes propos avaient pris une proportion trop grave et qu’ils étaient incompatibles avec la charte Bertelsmann, le grand patron allemand de RTL Group », raconte-t-il à SudPresse, « je sens bien que la décision vient de très haut, pas spécialement de Bruxelles ».

« Déjà la charia ? »

Une véritable douche froide pour celui qui faisait, quelques jours plus tôt, la pluie et le beau temps dans le paysage cathodique belge. Une goutte d’eau trouble de plus, surtout, qui a provoqué un raz-de-marée sur le « plat pays ». Dès l’annonce de sa suspension, puis de son licenciement, ce sont des milliers de Belges qui ont fait front, réclamant son retour au sein de RTL-BVI et signant des pétitions, parfois pilotées en sous-main par des partis islamophobes, notamment La Droite.

Parmi ces défenseurs, la conseillère communale Monique Langbord qui s’est demandé sur son profil Facebook : « Déjà la charia ? RTL suspend un journaliste pour avoir osé dire tout haut sur Facebook ce que tout le monde pense de l’Islam ». Ce fait divers médiatique pourrait donc gagner le champ politique. En effet, entre une direction de RTL-BVI proche du parti socialiste, des partis de droite décomplexés, une formation indépendantiste flamande qui caracole en tête des sondages et tout ce beau monde d’ores et déjà obnubilé par les élections législatives fédérales de 2014, le nom de Luc Trullemans risque de rester un bon moment encore dans l’air du temps.

Par Mathieu Olivier,  Jeune Afrique.

Don't miss the stories followIzwawen.com and let's be smart!
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.
Filed in

Le président tchétchène règle sur le ring ses comptes avec un ministre.

En Libye, Zouara, ville berbère, vit dans un climat de guerre larvée

Related posts