4:33 - dimanche septembre 22, 2019

Des enseignantes musulmanes défendent le projet de loi sur la laïcité

La Rédaction

MONTREAL – Trois enseignantes musulmanes originaires d’Algérie et installées au Québec depuis plusieurs années se portent à la défense du projet de loi sur la laïcité de l’État qui continue de faire polémique.

Djamila Addar, Leïla Bensalem et Leïla Lesbet ont toutes les trois fui leur pays natal à la suite de la montée de l’intégrisme islamiste dans les années 80-90. Impliquées dans le milieu de l’enseignement, elles militent depuis plusieurs années pour l’interdiction des signes religieux dans les écoles, multipliant les apparitions dans les médias et prenant part aux audiences publiques à l’Assemblée nationale, notamment lors des débats sur la Charte des valeurs péquiste.

« Le voile est lourd de sens. Pour moi, c’est le porte-étendard des islamistes », déclare Leïla Bensalem d’une voix posée. « C’est quelque chose d’oppressant, de dégradant pour les femmes », ajoute la suppléante, arrivée au Canada il y a 37 ans, qui s’est impliquée dans le regroupement Pour les droits des femmes du Québec.

Je veux laisser les élèves libres de penser ce qu’ils veulent. Je respecte leur liberté de conscience. Pour moi, l’école n’est pas un lieu de culte, c’est un lieu d’apprentissage.
Leïla Bensalem, enseignante et militante pro-laïcité

Djamila Addar, professeure de français à l’école secondaire de l’Odyssée-des-Jeunes de Laval, va encore plus loin. Celle qui se présente comme militante berbère, originaire de la Kabylie, associe le voile au « fascisme ». « On a vu ce qu’ils ont fait en Algérie, dit l’ancienne journaliste qui réside à Montréal depuis 20 ans. Nous avons perdu des milliers d’innocents à cause d’eux. »

Je suis née musulmane. La foi n’est pas dans les apparences, elle est dans les gestes qu’on pose, et non pas dans un bout de tissu.
Djamila Addar, enseignante et militante berbère.

Mme Addar tient toutefois à faire la distinction entre le « voile islamique », qui, selon elle, a été imposé avec la montée de l’islam politique dans son pays, et le « foulard traditionnel ». « Le foulard est porté par toutes les femmes du bassin méditerranéen, même les Portugaises et les Italiennes, explique-t-elle. Ce sont de beaux foulards qu’on les voit porter dans les champs ou en signe de recueillement dans les lieux sacrés. » « J’adore le foulard de ma mère et de ma grand-mère, mais je rejette le voile et l’idéologie fasciste et fascisante », ajoute-t-elle.

Même son de cloche du côté de Leïla Lesbet, travaillant comme technicienne en éducation spécialisée à Montréal. Cofondatrice du regroupement Pour les droits des femmes du Québec, elle affirme avoir fui l’Algérie il y a 18 ans en raison de ses racines berbères et de menaces d’islamistes.

« Ce voile n’a jamais fait partie de notre culture et encore moins de notre religion », dit Mme Lesbet, qui précise être issue pourtant d’une famille « très pratiquante ». Selon elle, le foulard traditionnel « est apparu en réaction au colonialisme français […] mais toutes les filles qui allaient à l’école ou à l’université n’étaient pas voilées ».

C’est après la Révolution islamique en 1979 en Iran que l’islam politique s’est répandu dans les pays musulmans, de façon violente même.
Leïla Lesbet, militante berbère et enseignante à Montréal.
Même si elles saluent le gouvernement Legault pour ce projet de loi, les trois femmes s’accordent pour dire qu’il est « trop modéré » à leurs yeux.

« Ce projet de loi est très important pour le vivre-ensemble, estime Mme Lesbet. À mon avis, il ne va pas assez loin, mais je trouve que le gouvernement a été assez modéré, et c’est assez intelligent. »

« Contrairement à ce que beaucoup ont dit, je le trouve très modéré, renchérit Mme Bensalem. C’est un projet très important, car c’est l’aboutissement, enfin, de la Révolution tranquille des années 60. »

Djamila Addar, quant à elle, soutient que le gouvernement Legault devrait aller plus loin, en incluant les écoles privées dans son projet de loi. « Il fallait aller plus loin que ça, dit-elle. Même les écoles privées doivent protéger les enfants non pas seulement du voile, mais aussi des enseignements religieux. »

D’après un reportage de Catherine Kovacs, Radio Canada

Don't miss the stories followIzwawen.com and let's be smart!
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.

Arrestation arbitraire d’Aksel Bellabbaci par les autorités algériennes à l’aéroport d’Alger

Contre-révolution clanique: Trahison du peuple

Related posts