3:13 - jeudi décembre 17, 2967

Inquiet, Said Sadi veut « encore » sauver l’Algérie mais il se défend d’instrumentaliser cette Kabylie « matrice privilégiée des potentialités et des sacrifices de la nation »

La Rédaction

ALGER — Dans un texte-pétition, rédigé vraisemblablement par Said Sadi, et « ratifié » par les signataires, le « Docteur » affirme que « pour agir pacifiquement dans un cadre unitaire afin que la Kabylie, matrice privilégiée des potentialités et des sacrifices de la nation, ne soit pas de nouveau instrumentalisée », il faut  » « créer une dynamique de débat et de propositions pour aider à la construction d’une l’Algérie de tolérance, ressourcée à ses valeurs plusieurs fois millénaires » … »et que c’est cela qui permettra d’engager le processus de l’édification de l’Algérie démocratique et sociale. »
En d’autres termes cela signifie que 23 kabyles cherchent encore une fois à édifier l’Algérie démocratique et sociale au détriment de la Kabylie. Mais, Said Sadi qui parle de cette Kabylie « matrice privilégiée des potentialités et des sacrifices de la nation », fait mine de ne pas voir que la Kabylie est désormais bien décidée à ne plus être « le dindon de la farce » de la nation arabo-islamique algérienne.
Par ailleurs, si les algériens veulent sauver la Nation algérienne, on se demande bien pourquoi dans la liste des signataire ne figure « que » des kabyles…où sont donc passés les algériens Boukhemkhem, Ali Djeddi, Ali Belhadj, Ali Benflis, où sont passés les Djil Djadid et toute « l’opposition démocratique algérienne », où sont passés les algériens de Tlemcen, d’Oran, de Annaba, de Constantine…
Comment se fait-il qu’il n’y ait que 23 kabyles qui veuillent édifier l’Algérie démocratique et sociale, tout en se défendant d’instrumentaliser cette Kabylie « matrice privilégiée des potentialités et des sacrifices de la nation? »…

Dans un texte-pétition, vraisemblablement rédigé par Said Sadi, et « ratifié » par les signataires, le « Docteur » parle de « L’impasse dans laquelle agonise le pays et l’acuité avec laquelle elle est ressentie par les citoyennes et citoyens »… Il s’inquiète d’ « une chute qui, si elle venait à se produire, provoquerait une déflagration nationale entrainant la déstabilisation de toute la région nord- africaine », …

Il dit que « La question amaziɤ est consubstantielle de tout projet démocratique national » et que « C’est parce que cette demande a été ignorée, diabolisée, instrumentalisée et réprimée dans le mouvement national et le système en place que l’Algérie officielle vit à l’écart et, trop souvent, contre l’Algérie réelle. »…

Puis arrivant au cœur du problème, à savoir la Kabylie, le « Docteur » dit que « Réparer l’injustice commise en Kabylie c’est ouvrir les portes de l’espérance algérienne » et que « Le système militaro-policier ne peut être réformé ni de l’intérieur ni par un ravalement de façade. Le salut réside dans un changement institutionnel profond, audacieux et inédit »… il en appelle donc aux « autonomies régionales (qui) permettront de consolider une unité nationale avec un Etat moderne, progressiste et juste où tous les citoyens seront égaux en droits et en devoirs. »…MAIS, car il y a un MAIS, c’est que « Ce sursaut appelle, cependant, courage, dévouement, vigilance et lucidité. » et c’est là que pour « Repenser la nation et son Etat »…. » Il faut construire l’Algérie… »

Mais, car il y a encore un MAIS, c’est que « le pouvoir qui n’a plus les moyens de s’acheter la paix sociale »…eh bien il  » risque de projeter le marasme social dans la rue ou lancer une autre opération sanglante contre la Kabylie », nous dit encore Said Sadi et que « Le défi qui attend les Algériens est double : inventer les institutions qui accouchent d’un avenir fidèle à leur histoire et conforme à leurs attentes et prévenir l’aventurisme de ceux qui ont confisqué la nation » et enfin que « Face à tant de périls, la solidarité est notre ultime ressource et devoir »…

Et nous voilà donc arrivés au devoir de sauver encore une fois la Nation algérienne car Said Sadi dit bien que l’ambition de son groupe de signataire est de « créer une dynamique de débat et de propositions pour aider à la construction d’une l’Algérie de tolérance, ressourcée à ses valeurs plusieurs fois millénaires afin de construire une nation répondant aux légitimes revendications de nos populations… »et que « pour agir pacifiquement dans un cadre unitaire afin que la Kabylie, matrice privilégiée des potentialités et des sacrifices de la nation, ne soit pas de nouveau instrumentalisée » […] »La constitution, socle de toutes les institutions, doit être l’aboutissement d’un compromis élaboré autour de valeurs intangibles qui s’imposent à tous : les principes de la liberté de conscience et d’opinion, l’indépendance de la justice, l’égalité des sexes, le respect de la parole de la minorité et des règles d’alternance sont des préalables qui doivent être acceptés, partagés et garantis…et enfin la conclusion, c’est que c’est cela « qui permettra d’engager le processus de l’édification de l’Algérie démocratique et sociale ».

Et c’est ainsi que 23 kabyles cherchent encore une fois à édifier l’Algérie démocratique et sociale au détriment de la Kabylie. Certes Said Sadi parle de cette Kabylie « matrice privilégiée des potentialités et des sacrifices de la nation » Mais Said Sadi fait mine de ne pas voir que la Kabylie est désormais bien décidée à « ne plus être le dindon de la farce » de la nation arabo-islamique algérienne. Par ailleurs, si les algériens veulent sauver la Nation algérienne, on se demande bien pourquoi dans la liste des signataire ne figure « que » des kabyles…où sont donc passés les algériens Boukhemkhem, Ali Djeddi, Ali Belhadj, Ali Benflis, où sont passés les Djil Djadid et et toute « l’opposition démocratique algérienne », où sont passés les algériens de Tlemcen, d’Oran, de Annaba, de Constantine…Comment se fait-il qu’il n’y ait que 23 kabyles qui veuillent édifier l’Algérie démocratique et sociale, tout en se défendant d’instrumentaliser cette Kabylie « matrice privilégiée des potentialités et des sacrifices de la nation »…

————————————————————————————————
Ci-après le texte intégral du manifeste pour sauver l’Algérie, suivi de la liste des signataires
L’ALGERIE DE DEMAIN OU L’INDISPENSABLE CHANGEMENT INSTITUTIONNEL

CLIQUEZ ICI POUR LIRE LA SUITE
– Maître Ali-Yahia Abdennour, Président d’honneur LADDH. Alger
– Ramdane Achab, Linguiste-Editeur. Paris
– Ahmed Ait-Bachir, Retraité. Tizi Ouzou
– Nacer Ait-Bachir, Microbiologiste. Akbou
– Arab Aknine, Ingénieur. Tizi Ouzou
– Yasser Belamri, Avocat. Bgayet
– Hamou Boumedine, Ingénieur. Tizi Ouzou
– Said Chemakh, Enseignant universitaire Tamaziɤt. Tizi Ouzou
– Ali Djouber, Ingénieur. Tizi Ouzou
– Said Doumane, Enseignant universitaire. Tizi Ouzou
– Nabil Fares, Ecrivain. Paris
– Mokrane Gacem, journaliste. Paris
– Hassen Hireche. Paris
– Sofiane Ikken, Avocat. Bgayet
– Mohend-Amokrane Issad. Retraité, Tizi Ouzou
– Tahar Khalfoune, Universitaire . Lyon
– Arezki Lakabi, Cadre. Alger
– Djilali Leghima, Membre Fédération de France. Alger
– Mouloud Lounaouci, Médecin. Tizi Ouzou
– Mouhoub Nait-Maouche, membre de l’ALN. Paris
– Said Sadi, Président de la fondation AFUD. Alger
– Mokrane Taguemout, Universitaire retraité. Tizi Ouzou
– Ammar Zentar, Cadre retraité. Alger
Alger le 3 février 2016.
Agence Siwel

 

Don't miss the stories followIzwawen.com and let's be smart!
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.

« Huna El Djazair », une émission de « Echourouq.TV », nous apprend que « Matoub Lounès était croyant …! »

Le MAK et l’Anavad réagissent à l’adoption de la nouvelle constitution algérienne

Related posts