7:13 - samedi novembre 18, 2017

Le Prince saoudien Turki al Faisal et un ex-conseiller de Netanyahu échangent sur la paix

La Rédaction
Le ministre de la Défense Moshe Yaalon (à droite) serrant la main du prince saoudien Turki al-Faisal à la Conférence de Munich sur la sécurité, le 14 février 2016 (Crédit : Ariel Harmoni / Ministère de la Défense)

WASHINGTON – A l’occasion d’une rare apparition commune, deux officiels israélien et saoudien, le Prince Turki al-Faisi et le militaire de Tsahal à la retraite, le Maj. Gen. Yaakov Amidror, ont profité de leur rencontre, jeudi soir à Washington, pour débattre sur les différents moyens d’avancer vers une solution à deux Etats, entre Israéliens et Palestiniens ; tout en exprimant leur préoccupation commune concernant l’accord sur le nucléaire iranien et l’instabilité grandissante dans la région.

Le prince Turki al-Faisal de l'Arabie Saoudite et le Maj. Gen. (ret.) Yaakov Amidror, ancien conseiller à la sécurité nationale du Premier ministre Benjamin Netanyahu, échangent sur une plate-forme à l'Institut de Washington, le 5 mai 2016 (Crédit : capture d'écran Washington Institute)

Le prince Turki al-Faisal de l’Arabie Saoudite et le Maj. Gen. (ret.) Yaakov Amidror, ancien conseiller à la sécurité nationale du Premier ministre Benjamin Netanyahu, échangent sur une plate-forme à l’Institut de Washington, le 5 mai 2016 (Crédit : capture d’écran Washington Institute)

Al-Faisal, ancien chef des renseignements saoudiens et ambassadeur à Washington, a insisté sur le fait que l’initiative de paix arabe, une proposition saoudienne visant à mettre fin au conflit israélo-palestinien, soutenue et reprise par la Ligue arabe en 2002, constituait la voie à suivre pour parvenir à un accord final.

Amidror, ancien conseiller spécial en matière de sécurité auprès du Premier ministre, Benjamin Netanyahu, a demandé au monde arabe de former « un parapluie de coopération » avec Israël dans le but de ramener les palestiniens à la table des négociations.

« Je ne parviens pas à comprendre pourquoi le gouvernement de Netanyahu ne cherche pas à saisir cette offre, présentée en 2002, afin de travailler non pas uniquement avec les Etats-Unis mais également avec le monde arabe afin de parvenir à la Paix », s’est interrogé al-Faisal lors du rassemblement organisé par le Washington Institute for Near East Policiy (l’Institut de Washington pour la Politique du Proche Orient).

« Il n’est pas nécessaire d’attendre une révélation divine ou de posséder une intelligence « Einsteinienne » pour savoir que la paix passe par deux Etats, des échanges (de territoires) mutuels, une reconnaissance réciproque et un véritable engagement des deux parties. »

En n’abordant pas les détails de la proposition de paix saoudienne, formellement rejetée par le gouvernement israélien, Amidror a rétorqué que l’échec à atteindre un accord final ne relevait pas de la responsabilité de Netanyahu.

Il a notamment cité les tentatives passées d’anciens Premiers ministres israéliens et a affirmé qu’ « au lieu de donner à Abu Mazen (ndlr le Président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas) les clefs du Moyen-Orient, nous nous devons de voir au-delà », avant d’ajouter que le chemin menant vers un accord passait, pour les Etats arabes, par « la coopération avec Israël et non par la sommation », ce qui signifie « amener les deux parties sous le même parapluie pour négocier ».

Pour al-Faisal, « aujourd’hui, Netanyahu ne reconnaît même plus la solution à deux Etats », se référant au commentaire pré-électoral de l’actuel Premier ministre, datant de mars 2015 et dans lequel il affirmait qu’un Etat palestinien ne verrait jamais le jour pendant la durée de son mandat.

Peu de temps après son élection, Netanyahu est revenu sur sa promesse de campagne – relative à un compromis pour deux Etats – en disant à la journaliste américaine de NBC, Andréa Mitchell, « Je ne veux pas d’une solution à un Etat. Je veux une solution à deux Etats durable et en paix, mais pour atteindre cet objectif, les circonstances doivent changer. »

CLIQUEZ ICI POUR LIRE LA SUITE...

ERIC CORTELLESSA

Times of Israel

Don't miss the stories followIzwawen.com and let's be smart!
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.

Message de remerciements de Ferhat Mehenni : « La Kabylie est en marche vers sa liberté »

Installation de la section MAK Tawrirt Muqran

Related posts