7:22 - mercredi juillet 17, 2019

Levée de boucliers contre la culture amazighe à Batna.

La Rédaction
Les islamo-baathistes manoeuvrent pour empêcher l'ouverture d'un département amazigh à Batna.

BATNA – L’ouverture du nouveau département de langue et culture amazigh fait sortir du bois toute la faune locale d’arabo-bâathistes et racistes de la ville de Batna.

En effet, depuis l’annonce de l’ouverture d’un département de tamazight à l’université de Tbetent (Batna), les entraves et les basses manoeuvres n’ont pas cessé pour dissuader les nouveaux bacheliers de s’inscrire. Mille et un subterfuges sont montés de toutes pièces pour empêcher le nombre d’inscrits d’atteindre le quorum, mais c’était compter sans la mobilisation des jeunes Chaouis qui ont pu en l’espace de dix jours réunir le triple du nombre requis pour lancer les cours de culture amazighe. 

Devant cette situation, le rectorat de l’université de Tbatent n’ayant pas visiblement peur du ridicule a déclaré aujourd’hui qu’il serait impossible d’ouvrir les cours cette année. La cause invoquée ? Une « omission » de la part du ministère. Celui-ci leur a fait parvenir les arrêtés de toutes les filières sauf celui du département de tamazight ! En Algérie de 2013, après toutes les préparations, inscription des étudiants, préparation des salles des cours, réunion d’une équipe pédagogique, le ministère « oublie » d’envoyer l’arrêté. Décidément le ridicule ne tue point. 

Les mouvement associatif dans les Aurès est convaincu qu’il y a une volonté de la part des pouvoirs publics de combattre tamazight dans les Aurès avec n’importe quel moyen. Et nombre d’associations et acteurs de la société civile ont envoyé ces derniers jours une lettre au recteur et à la presse nationale pour dénoncer cette énième ignominie contre une composante essentielle de l’identité de l’Algérie . 

Jugurtha Hanachi, Le MATINDZ

Don't miss the stories followIzwawen.com and let's be smart!
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.

Rencontre sur « grande écoute » entre des dirigeants du MAK et un journaliste américain à Tizi-ouzou.

Adopté lors du conseil national : Le MAK opte pour l’autodétermination.

Related posts