12:01 - lundi octobre 23, 2017

Témoignage: Une famille bretonne en Kabylie

La Rédaction

QUIMPERLÉ — Aux « regards croisés sur le monde » qui ont tant fait grincer des dents les barbouzes arabo-islamistes algériens, la lecture du témoignage de M’ Jean Etienne Le Roux sur son expérience en Kabylie en tant qu’enseignant à Larv3a Nat Yiraten de sept 1969 à juin 1974, a dû en rajouter à leur urticaire.

 Nous publions ci-après le texte et la vidéo de la lecture de ce témoignage lu par Mme Christiane Serir à Quimperlé 

UNE FAMILLE BRETONNE EN KABYLIE (1969-1974)

TÉMOIGNAGE

Je suis arrivé en Grande Kabylie en compagnie de ma femme et de notre fils âgé de deux ans et demi en septembre 1969. Nous devions accomplir deux années d’enseignement au Collège Mouloud Feraoun de Larbaa Nath Iraten ; finalement nous ne sommes revenus en France que cinq années plus tard, en juillet 1974.

Nous avons fait le voyage en voiture depuis la Bretagne par l’Espagne, le Maroc jusqu’à la frontière d’Oujda. Le jour de notre arrivée le temps était pluvieux et le brouillard épais à Larbaa, proche du Durdjura, à 950m d’altitude, alors que dans la plaine Tizi Ouzou bénéficiait d’un beau soleil de septembre. Par la suite je ne serai plus surpris par ces changements de temps soudains propres à cette région montagneuse.

Nous nous sommes garés au centre ville près de la Mairie. Un homme jeune est rapidement venu vers nous ; il nous a guidés vers « L’Hôtel de France » et nous a fourni tous les renseignements nécessaires pour les jours à venir. Peu de temps après il nous a reçu chez lui dans le village où il était instituteur, à quelques kilomètres de Larbaa vers Michelet ; je crois me souvenir que des scènes d’un film avaient été tournées là avec l’actrice Marie Josée NAT. Ce sens de l’hospitalité nous a agréablement surpris, et nous apprendrons plus tard que cette valeur est profondément inscrite dans la culture kabyle.

Cliquez içi pour lire la suite

Novembre 2015
Jean Etienne Le Roux

Agence Siwel

Don't miss the stories followIzwawen.com and let's be smart!
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.

Lhacène Ziani, vice-président du GPK : « Une reconnaissance de la Kabylie par les Nations Unies est un gage de stabilité pour l’Afrique du Nord »

Hospitalisé à Montréal, le vice-président de l’Anavad LḤASEN UZIYAN, se porte bien

Related posts