3:37 - jeudi avril 19, 2018

Une personne tuée et plusieurs autres blessées, dont 3 femmes dans un état grave, lors d’une manifestation à Kidal.

La Rédaction

URGENT  KIDAL — Ce matin une personne a été tué au cours d’une manifestation de femmes réprimée à Kidal dans le bastion du MNLA. En plus de la femme tuée, la répression a fait plusieurs blessés, dont 3 femmes qui seraient grièvement blessées. Selon les sources locales qui viennent de nous alerter, c’est l’armée malienne qui aurait auraient ouvert le feu sur la manifestation composée majoritairement de femmes et des enfants de Kidal. Depuis plus d’un an et demi, la population civile de Kidal, essentiellement des femmes et des enfants, manifeste quotidiennement pour protester contre le retour du Mali dans l’Azawad. En septembre dernier, les soldats de l’opération Serval avaient durement réprimé une manifestation des femmes de Kidal qui protestaient contre l’arrivée à Kidal d’une délégation composée de 3 ministres maliens. 

Tandis que les titres de la presse françaises annoncent en cœur que « des députés élus dans la région de Kidal […] sont décidés à rentrer dans la République », « qu’il y a quelques temps encore, on les appelait des rebelles Touaregs » et que « les deux candidats élus à Abeïbara et à Tinesako […] portent désormais les couleurs du parti au pouvoir », pendant ce temps-là, les forces internationales de la Minusma, (commandées par Serval) ont décidé de passer à la vitesse supérieure dans la répression des manifestations qui se déroulent quotidiennement à Kidal. La France et ses appuis au sein de la communauté internationale qui siège à l’ONU a décidé de mettre un terme aux protestations d’un peuple qui refuse de se laisse assassiner pacifiquement et permettent désormais à l’armée malienne de participer à la répression des femmes touarègues, faisant ainsi 1 victime décédée, 3 femmes grièvement blessées, et plusieurs autres blessés. En effet, selon les sources locales du MNLA, l’armée malienne a ouvert le feu sur la manifestation des femmes de Kidal qui protestaient contre l’arrivée à Kidal du premier ministre malien. 

On se souvient que le 15 septembre dernier, ce sont les soldats française de la force Serval qui avaient durement réprimé une manifestation de femmes qui avaient envahi le tarmac de l’aéroport de Kidal pour empêcher l’atterrissage de 3 ministres maliens, toujours à Kidal, dans le cœur de la révolution azawadienne. Dimanche dernier, lors du simulacre d’élections législatives, les forces françaises de Serval et la Minusma ont également réprimé les manifestations de la population civile qui rejetait les élection législative destiné à donner l’illusion d’une « normalisation » de la situation entre le Mali et l’Azawad ; une normalisation qui passe par le massacre ethnique et la remise en selle des éternels collaborateurs des ennemis du peuple de l’Azawad… 

youtube
please specify correct url

Car, si la presse française fait des gorges chaudes du retour au giron malien de « rebelles Touaregs » à Kidal, elle omet soigneusement de préciser dans ses fanfaronnades que ces « élus du Nord », présentés comme des « rebelles Touaregs » ne sont autres qu’Alghabass Ag Intalla et Hamada Ag Bibi, du HCHA (alias Ansar Dine), c’est-à-dire, les deux plus proches et fidèles lieutenant du terroriste Iyad Ag Ghaly (alias Ansar Dine), le même Iyad qui avait justifié le déploiement de la force Serval dans l’Azawad en attaquant la ville malienne de Konna, le même Iyad qui a reçu 20 millions d’euros de la république française pour faire libérer les 4 otages français détenus par ses « collègues » de l’Aqmi , le même Iyad qui se promène sous les yeux des soldats de Serval et de la Minusma sans que toute cette armada de soldats « anti-terroristes » ne lèvent le petit doigts pour capturer ce « chef terroriste »… 

Eh bien NON, les soldats de Serval et de la Minusma ne sont pas là pour combattre le terrorisme, ils sont là pour confisquer la liberté d’un peuple, pour imposer de force l’armée malienne au peuple touareg, détruire, cantonner et désarmer son mouvement de libération, réprimer les manifestations pacifiques des femmes de Kidal qui résistent malgré la disproportion des forces et, au besoin, permettre le meurtre des civils de l’Azawad, comme ce fut le cas ce matin à Kidal en permettant à l’armée malienne d’ouvrir le feu sur cette manifestation de femmes. 

Nous reviendrons sur cette information dès que nous aurons plus de précisions sur le nombre exacte de victimes. 

Pour l’instant nous n’avons ni photos ni vidéos de ce triste jour, mais nous publions la vidéo de la répression par les forces françaises de Serval à l’encontre des femmes de Kidal le 15 septembre dernier.

Agence Siwel


Don't miss the stories followIzwawen.com and let's be smart!
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.
Filed in

Communiqué du MNLA : Gouvernorat de Kidal et arrangements sécuritaires.

Vidéo – Le peuple touareg et l’Azawad, un destin incertain

Related posts