12:44 - jeudi octobre 24, 2019

URFAN: Premier recueil de poésie de Dalila Amarouche alias « Tasekkurt n Ǧeṛǧeṛ ».

La Rédaction
Dalila Amarouche au centre

RAFFOUR — Les éditions « Le Savoir » viennent d’enrichir la littérature kabyle avec une nouvelle publication intitulée : Urfan. Urfan est le premier recueil de poésie de Dalila Amarouche alias « Tasekkurt n Ǧeṛǧeṛ » , avec un préface de Ferhat Mehenni et un avant propos de Mohanf Taferka.

URFAN: Premier recueil de poésie de Dalila Amarouche alias « Tasekkurt n Ǧeṛǧeṛ »
 Dalila Amarouche plus connue sous le nom de « Tasekkurt n Ǧeṛǧeṛ » a porté un regard à la fois critique et optimiste sur la société kabyle. 
Dans un kabyle limpide l’auteur a fait le tour de toutes les thématiques relatives à l’actualité et au passé de la Kabylie. Tout en dénonçant la politique répressive, oppressive et de dépersonnalisation menée par le pouvoir algérien dans le pays kabyle, elle appelle les kabyles à un sursaut populaire pour prendre leur destin en main.
Les thèmes sont variés. Elle a tenu à éveiller les consciences kabyles sur la nécessité de préserver « Taqvaylit » en tant que langue, valeurs et philosophie de vie afin de parer à la politique d’arabisation que prône les pouvoirs successifs depuis 1962.
L’existence, la vie avec ses injustices, la condition féminine, … sont aussi des thèmes traités dans ce recueil de 76 poèmes. C’est avec des mots ciselés et poignants que « Tasekkurt n Ǧeṛǧeṛ » a condamné l’islamisme et le regard méprisant porté sur la femme qu’elle exhorte à s’émanciper.
Pour l’auteur, l’avenir de la Kabylie passe impérativement la participation et la réhabilitation de la femme kabyle dans ses droits naturels. Une société unijambiste est condamnée à la régression.En puisant dans le lexique ancien et moderne, Dalila Amarouche nous démontre à travers ce recueil que la langue kabyle est capable de véhiculer n’importe quel message au même titre que les autres langues.

Il y a lieu de rappeler que « « Tasekkurt n Ǧeṛǧeṛ » est une militante infatigable de la Kabylie libre et de l’émancipation de la femme. « Urfan » reflète merveilleusement cet engagement en faveurs de ces causes justes.

Agence Siwel
Don't miss the stories followIzwawen.com and let's be smart!
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.

Le pouvoir algérien interdit à Oulahlou d’entonner « Pouvoir assassin ».

Le Centre Amazigh de Montréal (CAM) organise, le 14 juin 2014, une soirée en hommage aux victimes du Printemps Noir

Related posts